top of page

Sophie et les maladies : la première année de garderie


Petite a 20 mois.


On m’avait dit que la première année de garderie était la pire. Je pensais que les gens parlaient d’un temps d’adaptation au travail et à la vie de famille en simultané. Comme quand on change d’emploi et qu’on est plus indulgent avec soi-même, qu’on tente de garder l’esprit ouvert et de découvrir nos nouvelles fonctions sans se laisser décourager.

Il y avait un peu de ça oui, mais j'ai surtout compris qu'on me parlait des MICROBES.



Crédit photo: Sophie LeBlanc


Quand j’ai su que j’étais enceinte, nous venions d’être confinés. Je me souviens être allée magasiner avec ma sœur en rigolant que c’était peut-être la dernière fois avant un bout. Maintenant je trouve ma blague pas mal moins drôle puisque c'est ce qui est arrivé...


On avait aucune donnée concernant les effets de la Covid sur les bébés et je n’avais vraiment pas envie d’être une cobaye. J’ai tout fait pour respecter la distanciation et me tenir le plus loin possible des microbes. En même temps j’étais si souvent en train de vomir pendant ma grossesse que j’aime croire que le virus aurait eu du mal à s’accrocher à moi.


Je n’ai pas besoin de vous dire que quand « Petite » a ramené son premier virus de la garderie, je me suis fait «violenter» l’intérieur. J’étais tellement «aseptisée» et isolée depuis avril 2020 qu'en septembre 2021, quand la première gastro de CPE s’est invitée chez moi, j’ai succombé. Tous les draps de la maison aussi. Ça devrait sentir l’intérieur d'humain à des kilomètres. Je me suis rarement sentie aussi vulnérable. Se gérer c’est déjà une épreuve, mais là tu as ta petite qui a besoin de toi plus que tout aussi. Personne ne te dit que tu vas surement avoir la diarrhée avec ton bébé dans les bras, que tu vas ramasser du vomi un peu partout (banc d’auto et lit inclus), et que les Gravols au gingembre sont une merveilleuse invention. Ton système de débrouillardise va être mis à rude épreuve je te le garantis. Ta famille et tes amis veulent bien t’aider, mais un aller simple pour la gastro ça n’a rien d’invitant et je les comprends donc. En plus, un enfant malade ça crie en général «MAAAMANNNNN». Que tu sois en boule dans le fond de la douche post diarrhée à essayer de te tempérer-hydrater-nettoyer, ton enfant s’en fiche.



Ceux qui me connaissent savent que j’aime avoir le contrôle de mon environnement. Je ne l’ai jamais autant perdu. On a aussi eu la Covid, le pied main bouche, la gastro (encore!!), une pneumonie, et on s’est assez fait briser les tympans par les otites que ça c'est terminé avec des tubes. Tout ça en un an. Je me suis tellement comparée! Tu en viens à te demander ce qui cloche chez toi, à te questionner sur la solidité de ta santé, à te dire que c’est surement toi qui a donné une santé si fragile à ta progéniture. Pourtant, non. On est dans la moyenne qui est de 8 à 10 rhumes par année par enfant. Oui, oui, 8 à 10 qui durent une semaine chaque. Donc 1 semaine sur 5 en rhume. C’est drôle parce que quand j’en parle avec des mamans d’enfant plus vieux, on dirait presque qu’elles ont oublié. Je ne sais pas si mon employeur et mes collègues eux vont oublier que j’ai dû être absente le quart de l’année. La famille d’abord ce n’est pas négociable et clairement ce n’est pas moi qui contrôle le calendrier bactérien. Toutefois, je ne peux pas m’empêcher de me sentir à la fois pleine de gratitude de pouvoir télé-travailler avec un employeur si conciliant et mal à l’aise de les abandonner si souvent avec mes tâches en surplus! Ça m’a appris à lâcher prise. Pas trop le choix. J’en étais à analyser les autres enfants pour savoir ce qui courait… ''Le p’tit brun à la casquette coule du nez, et les lulus là-bas tousse pas mal creux. Je vais faire un rince nez de plus''.


Je ne sais pas si c’est le changement de groupe ou parce que ça va faire 1 an qu’elle est à la garderie, mais elle va mieux. Je veux dire qu’elle attrape encore des virus, mais je vois qu’elle est plus résistante et mes nuits sont plus longues.


Ce que j’aurais aimé qu’on me dise c’est que, oui, tu vas pleurer, tu vas manquer de sommeil, tu vas trouver ça difficile et tu vas avoir l’impression qu’il n’y a pas de bout. C’est normal, mais je te promets, ça va passer.


Ton bébé et toi vous n’êtes pas faibles ni brisés. Tous ces microbes sont normaux et ils font partie du processus d’acquisition de la maturité immunologique. Continue les rinces nez, les câlins, les bons repas, d’aller jouer dehors et les siestes. Tu fais une bonne job maman et si tu veux m’appeler pour ventiler ou que je te livre des solutions de réhydratation ça va me faire plaisir, mais ne compte pas sur moi pour côtoyer la gastro.


Quelqu’un m’a dit que la rentrée au primaire aussi c’était rocambolesque à ce niveau... Ma trousse de maman sera prête!


Toi, quels sont tes incontournables en temps de maladie?


Sophie

310 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page