top of page

Mes «enfants de cœur»

Dimanche soir, 5 avril.

Jour 23 sans avoir vu mes «enfants de cœur».


Il pleut à peine dehors, juste assez pour créer une légère bruine. Je feel comme la météo: triste et mélancolique. Je suis assise dans «ma» chaise au sous-sol, dans mon service de garde. J’ai passé quelques heures ici aujourd’hui pour épousseter et remettre en place la salle de jeux & la chambre à dodo, comme si je préparais la semaine à venir. Faire du ménage, j’aime ça. Je le fais machinalement, mes écouteurs sur les oreilles à écouter mes balados préférés. Mais aujourd’hui, en classant les jouets, mon regard s’est arrêté sur le mur sur lequel est apposé les portraits des enfants qui fréquentent ma gardo, mes «enfants de cœur». À la St-Valentin cette année, nous nous sommes fait des petites affiches sur lesquelles nous avons écrit des qualités que nous avons identifiées tous ensemble pour chacun des enfants en plus d'une photo. Chloé le petit clown, Liam le champion de l’imagination, Sarah-Ève ma petite assistante, Zoé l’indépendante ricaneuse, Ariane la petite maman…. C’est là que le «motton» m’a pris de court.


Mes petits cocos qui égaient mon quotidien, me gardent bien occupée par vos milliers de questions et de commentaires, et qui me donnent une dose d’amour immense quotidiennement, votre éducatrice s’ennuie beaucoup de vous.


Bien que je sois très consciente que les mesures prises actuellement pour aplatir la courbe soient essentielles, et que quelques jours de ‘’congé’’ m’ont fait beaucoup de bien, le brouhaha habituel de mes journées me manque. Les arrivées mouvementées, les périodes de jeux libres pendants lesquelles vous vous créez tout un monde dont je suis témoin, notre petite routine du matin, le responsable du jour, nos ateliers découvertes, nos sorties au parc… l’habillage sans fin, les pipis sans fin, les dégâts sans fin, tout ça, ça me manque. Les petits sourires coquins et les grands fous rire sans raison, en plus de nos innombrables câlins qui remplissent nos journées, tout ça me manque beaucoup.


Je sais que tout ce qui arrive ne doit pas être de toute évidence pour vous, ni de tout repos pour vos parents. Je sais que c’est comme des grannndes vacances, mais elles sont trop longues pour moi, pour nous, pour le temps qu’il nous reste à passer ensemble avant votre entrée à la grande école. Je n’ai pas terminé de vous chatouiller, de vous enseigner, de vous aimer, ni de vous montrer tout ce dont j’avais prévu de faire avec vous. Après tout, c’est la première fois en trois ans et demi que nous sommes séparés (pour les plus vieux) plus de quatorze jours consécutifs! 50 heures par semaine, c’est beaucoup d’heures dans notre vie qui va trop vite. Je suis certaine que vos parents s’en rendent compte aussi quand vous manifestez votre point de vue intensément, que vous affirmez votre personnalité qui vous rend si forts & uniques ou quand ça ne vous tente pas de faire la sieste, ou de manger ce qui vous est servi, ou de vous habiller seuls...hihi! Quoi qu’il en soit, je nous souhaite de nous retrouver le plus rapidement possible pour continuer notre petit bout de chemin ensemble et reprendre là où on s’est laissé: à l’arrivée du printemps, des flaques d’eau et des bottes de pluie (j’avais tellement de beaux projets pour nous!!!!). Ce n’est que partie remise, je vous le promets mes petits cocos.





Même si le travail d’éducatrice n’a rien de facile et qu’il est encore loin d’être reconnu à sa juste valeur, c’est un emploi tellement gratifiant et sans doute le plus payant en terme d’amour reçu… Et c’est dans des moments plus sombres comme ceux-ci que je m’en rends compte. Vous êtes les couleurs de mon arc-en-ciel mes enfants de cœur, et bientôt nous serons de nouveau tous réunis pour colorer le beau ciel bleu!


Votre éducatrice qui vous aime,


Marilou


5 784 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

留言


bottom of page