top of page

Les mamans, vos droits à l’accouchement

Dernière mise à jour : 10 nov. 2020


À toutes les futures mamans, à toutes les mamans qui le seront à nouveau, j’ai envie de vous faire part de quelque chose qui compte énormément à mes yeux : vos droits à l’accouchement. J’ai envie de remercier toutes les infirmières incroyables qui nous accompagnent, nous encouragent, nous massent, nous frictionnent pendant toute la durée de notre travail. Ce texte ne se veut pas une critique envers ces personnes, mais plutôt envers la culture de la surmédicalisation de l’accouchement en hôpitaux. On ne se pose presque plus la question. J’accoucherai à l’hôpital, et c’est tout. Mais saviez-vous qu’au delà de ce choix, vous avez des droits?


En découvrant la maternité et toutes ses facettes, j’ai malheureusement aussi entendu des histoires d’accouchement tellement tristes, à m’en fendre le coeur. Des violences obstétricales aux non-respect de nos plus grands souhaits, j’aimerais, tout simplement, vous faire part de vos droits.


Dans les dernières décennies, la surmédicalisation de l’accouchement a pris considérablement le dessus. Certes, la médecine nous a fait avancer incroyablement. Autrefois, on le sait, plusieurs nourrissons et mamans mouraient suite à un accouchement difficile ou à des complications. La médecine nous permet maintenant de sauver le plus de vies possible, et c’est exceptionnel, sauf que… l’accouchement est maintenant, souvent, devenu un acte médical. On outrepasse nos droits, sans parfois même le savoir, souvent juste pour accélérer le travail.


J’ai donc fait une liste des droits fondamentaux que toutes les mamans devraient connaître avant d’accoucher. Bien sûr, je mentionne ces points seulement dans le cas où votre accouchement se déroule bien, et que ni la vie de votre bébé, ni la vôtre, sont en danger. J’en oublie surement plein, mais au moment où j’écris ces lignes, ce sont celles qui me paraissent les plus importantes. D’un côté plus personnel, je conseille aussi de partager vos droits à la personne qui sera avec vous pendant ce moment important. Nous sommes souvent très vulnérables pendant le travail en raison de toutes les émotions qui nous submergent et de la douleur qui nous terrasse, mais si l’accompagnant connaît nos droits et nos désirs, ça peut énormément aider.




1. Avant le jour J, vous avez le droit de demander ou de refuser un décollement des membranes (stripping).

Le médecin doit toujours vous demander si vous souhaitez en avoir un ou pas, et vous pouvez toujours refuser. À savoir : pour certaines mamans, ce n’est aucunement douloureux (juste un peu inconfortable) et pour d’autres, c’est douloureux. Chaque corps est différent!


2. Vous avez le droit de manger pendant le travail.

Vous n’êtes pas jamais obligée d’être à jeun. C’est une vieille pratique d’autrefois au cas où vous aviez besoin d’une anesthésie générale. Ce temps est révolu. Parfois on a mal au coeur et on ne peut pas avaler quoi que ce soit, d’autres fois on a très faim. Vous avez besoin de carburant pour le travail et la poussée. Écoutez votre corps.


3. Vous avez le droit de refuser qu’on crève vos eaux.

On veut souvent crever les eaux pour accélérer le travail. Si votre travail avance bien, et que le bébé se porte bien, il n’y a pas de raison de le faire. Vous pourriez même pousser avec la poche des eaux!

Anecdote personnel : à mon 2e bébé, ma douce Marie-Claire, les infirmiers sont arrivés avec l'aiguille pour percer ma poche. Pour eux, c'est une pratique courante, rien de plus normal. Je leur ai seulement dit : « Non, mon travail se déroule très bien et je perdrai mes eaux quand ce sera le temps ». Comme de fait, une heure plus tard, à 9 centimètres, je les ai perdus naturellement :)


4. Vous avez le droit de prendre une position qui vous rend confortable pendant votre travail.

Lorsque vous n'avez pas de péridurale, si vous avez besoin de marcher, marchez. Souvent, rester couché ne fait que ralentir le travail car bébé ne se place pas comme il le voudrait. D’emblée, on sait instinctivement quelle position adopter pour mieux gérer la douleur.


5. Vous avez le droit de prendre une position favorable à la sortie du bébé pendant la poussée.

Être couchée sur le dos est une vieille pratique pour favoriser...les MÉDECINS, pas les mamans. À quatre pattes, assise ou en petit bonhomme sont toutes des positions qui pourraient être favorables à l’expulsion de bébé. Souvent, ça permet même au bébé de mieux se placer pour sortir, et donc moins de chances d’interventions médicales.


6. Vous avez le droit de ne pas mettre les pieds dans les étriers pour pousser.

Comme je disais, c’est à vous de voir la position qui vous rend le plus confortable. Mettre un enfant au monde est un moment intime, et mettre les pieds dans les étriers peut nous rendre encore plus vulnérable qu’on ne l’est déjà.


7. Vous avez le droit de pousser quand vous sentez le réflexe de poussée, et non quand on vous le demande.

Ce n’est pas parce que vous êtes dilatée à 10 que vous devez de pousser. Le corps a un réflexe naturel de poussée (que l’on ne peut PAS contrôler). Attendre le réflexe de poussée réduit les chances de déchirures et d’interventions médicales.

Saviez-vous que grâce au réflexe de poussée, une femme endormie (comme autrefois) ou dans le coma peut donner naissance à un enfant?


8. Vous avez le droit de refuser qu’on vous pèse sur l’utérus pour « faire sortir plus de sang », après votre accouchement.

Il risque d’y avoir beaucoup de sang, ça dépend de chaque maman. L’infirmière vérifiera votre hauteur utérine pour s’assurer que l’utérus reprend bien sa forme, mais vous n'avez pas à vous laisser peser sur l’utérus pour faire sortir plus de sang. Le corps est bien fait, le sang sortira quand il sortira.


9. Dernière chose : votre médecin ne vous a pas accouché. Il vous a accompagné, aidé, guidé, mais il n’y a que vous qui avez mis ce bébé au monde ;)


Il y aurait 1000 autres droits que je n’ai pas nommés, je sais. L'important c'est de s'écouter et de se faire confiance. J’espère tout de même avoir pu vous aiguiller un peu sur les droits que vous possédez lors de la plus belle journée de votre vie! <3


Après l'accouchement de mon aînée, ma belle Jeanne


Catherine

Mes sources d'accompagnement à la naissance :

« Une naissance heureuse: bien vivre sa grossesse et son accouchement », Livre d'Isabelle Brabant

523 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page